Dynamiseur de projets internet
Contact: 0 6 2 2 7 8 8 0 8 6

Google s'offre le leadership de la vidéo pour 1,65 Md $

Ca y est, nous sommes fixés sur le sort de Youtube. Absorbé comme beaucoup d’autres. La concentration continue à petit pas mais sûrement. Et ceux qui crient à la bulle 2.0 doivent patienter encore un peu. Même les modèles les plus hasardeux trouvent preneur !

Internet se mue peu à peu en média alternatif crédible à la télévision, la radio et la presse. Et sur le long terme, en plus. Les ados ne regardent plus la télé mais surfent pendant leurs moments libres.

On peut se demander légitimement comment tout ceci est viable économiquement ( Youtube dépense maintenant plus d’1 M$ par mois, rien qu’en bande passante). La traditionnelle publicité sur les pages pourrait peut-être financer une partie dans l’état actuel mais que se passera-t-il quand les titulaires des droits sur les vidéos piratées sur Youtube demanderont le paiement pour la diffusion de ces oeuvres protégées.

De même, comment évoluera l’audience avec de la pub, au début et à la fin de chaque vidéo, et pourquoi pas au milieu, comme sur le bon vieux film de 21h 😉
La pub à outrance et intrusive va faire fuire les visiteurs de mySpace, comme elle a déjà donné des opportunités aux concurrents de Allociné, qui avait du mal à monétiser sa très (trop ?) lourde structure.

Finalement, je penche vers un modèle à la iTunes (mais sans DRM) dont l’offre se tourne maintenant vers la vidéo, payante et sans pub, après s’être imposé grâce à l’Ipod et les podcasts. Car franchement, pourquoi ne pas essayer de transformer tout cet argent qui est dépensé chaque jour en CD, DVD achetés ou loués, jeux ou sonneries téléchargés sur mobile notamment. Canal + a basé son succès sur un modèle « Qualité sans pub mais à péage ». J’imagine qu’au lancement, beaucoup ne donnaient pas cher de leur peau.

Alors je me demande pourquoi aller vers un modèle unique: « tout gratuit avec pub », qui va nuire à la valeur d’une création sans forcément doper le marché. Ce n’est pas parce que Métro, 20minutes et même Sport affichent une santé et une vigueur insolente, que les médias plus « profonds » n’ont pas d’avenir. Mais là, c’est un autre sujet, je m’égare 🙂

Aujourd’hui, il y a guère que Google pour prendre de tels risques. Il faut dire qu’il était à la rue avec son google video. Il s’offre maintenant une place de choix. C’est sûr qu’à 1,7 Md$, même en actions, ça reste cher, mais Google a les moyens.

Quelques liens sur le sujet :

Et bien sûr la vidéo des fondateurs !

Articles du blog