Dynamiseur de projets internet
Contact: 0 6 2 2 7 8 8 0 8 6

Le kindle d'Amazon: Jeff Bezos et les vieilles recettes qui ne marchent plus

Jeff Bezos et le kindle d’amazonOn peut toujours s’interroger sur la motivation des hommes riches et célèbres à continuer à se surpasser. Finalement, c’est peut-être tout simplement que tout grand homme trouvera toujours plus grand que lui.

Dans le cas de Jeff Bezos, le plus grand c’est bien sûr Steve Jobs. D’ailleurs, il ne s’en cache pas en déclarant que le Kindle sera le iPod du livre. N’ayons pas peur des mots 😉

Je l’ai vu notamment dans l’émission Plein Ecran LCI du 22 novembre et franchement, ça sentait le réchauffé, en gros « Ce qui a fait le succès de l’approche Amazon c’est qu’elle se focalise sur les besoins des utilisateurs et pas sur l’offre des concurrents. » Il est vrai que les recommandations d’achats (« Les clients qui ont acheté ceci ont aussi acheté ceci… ») et le « One click buy » étaient vraiment des innovations majeures. Probablement celles qui ont marquée cette dernière décennie du e-commerce.
Ok, mais maintenant, what’s next ?

Quand on regarde l’objet de toute la stratégie d’Amazon, le Kindle, on est en droit de se demander, si ce n’est pas une plaisanterie. Alors que Bezos se veut le iPod du livre, on se souvient du look révolutionnaire de l’iPod à l’époque, sans compter cette interface magique de la molette tactile. Le kindle est gris, encombrant, aux angles saillants, très peu ergonomique (ceux qui ont écouté Philippe Starck l’analyser au web3 comprendront… ). Un design has been, voilà ce que l’on ressent quand on voit l’engin. Cela commence mal.

Le concept de livre électronique semble dater de 1998. Avec par exemple, le REB1200. A une époque où tout le monde pariait que le livre papier allait disparaitre. Et bien non, le livre se porte bien, encore aujourd’hui. Pourquoi la première génération de lecteurs ebook s’est-elle plantée ? mauvais timing, immaturité produit (écrans cristaux liquides, capacité mémoire, batteries, connectivité, ergonomie, etc), immaturité du marché (frilosité des éditeurs à diffuser leur contenu par ce biais, incompréhension du concept par les clients, manque de contenu téléchargeable, prix trop élevé des matériels et des contenus), mauvaise exécution marketing ? Je ne suis pas compétent pour trancher, mais ce fut un bide, et un gros.

Récemment, Les échos ont lancé leur e-paper. Maturité des clients, disponibilité des contenus, modèle économique défini, cible prioritaire des professionnels de la finance, donc de gros consommateurs d’information. Bref, on sent que le cadre est plus sérieux donc plus engageant. Résultat, 1500 clients au bout de 3 mois, selon une interview de Cyberpresse. C’est l’objectif que s’était fixé Philippe Jeannet. Ce chiffre parait ridicule comparé aux 130 000 exemplaires quotidiens du journal et au million de visiteurs uniques mensuels du site. Mais à 700€ l’unité, abonnement inclus (365€/an), ça commence à faire du chiffre.

Et c’est là qu’Amazon entre en scène à grand renfort de communication. La principale innovation de leur produit c’est qu’on peut télécharger les livres de n’importe où en wifi ou en GSM, indifféremment. Et puis, à l’instar de l’envoi de livres papier, Amazon prend en charge tous les coûts d’acheminement du livre électronique. C’est un argument majeur car la couverture Wifi est faible en situation de mobilité et les connections Data sont horriblement chères. Et puis il y a aussi cette technologie epaper qui présente, contrairement au LCD, l’avantage de ne consommer de l’énergie que lors du changement d’état (en gros quand on tourne les pages)

Cela dit, le Kindle ne manque pas de points faibles voire ridiculement bloquants. Et s’il est une chose dont Jeff Bezos peut se prévaloir encore une fois, c’est bien d’aller à contre-courant. Là où Apple et même de nombreuses majors ont effectivement (et définitivement ?) renoncé aux DRM. Amazon prône haut et fort le tout propriétaire. Non seulement vous ne pourrez pas prêter un livre électronique (le fichier j’entends) à vos amis, mais en plus, vous ne pourrez pas y insérer de fichiers libres comme des pdf par ex. Vous devrez les convertir préalablement sur un logiciel propriétaire maison. Mais ce n’est pas tout. Vous pourrez télécharger des flux RSS mais vous devrez payer pour cela, oui, payer pour lire des blogs qui sont gratuits sur le web. Pire vous êtes captifs du format et vous n’avez aucune garantie de pouvoir lire sur un autre matériel vos livres dûment achetés…

Mais alors, où veut aller Jeff Bezos et pourquoi est-il suivi massivement par les éditeurs ?
Probablement, car il y a un vieux rêve des éditeurs depuis Gutemberg : empêcher, pour les oeuvres littéraires, la copie, le prêt aux amis, la présence dans les bibliothèques et la vente d’occasion. Car vous n’allez bien sûr pas prêter votre kindle à un ami, vous en avez encore besoin pour lire vos autres livres qui sont dedans 😉
On peut imaginer à terme qu’on vous oblige à repasser à la caisse pour lire le livre une deuxième fois.

C’est un modèle, mais cela ne sera pas facile à faire avaler au consommateur. Surtout avec un tarif d’achat de 400$ US.
Et puis, il y a l’appropriation des biens culturels par le public, le partage des expériences entre amis, l’accès à la culture aux plus démunis. Mais, c’est un autre débat 😉
Pour l’instant, le kindle n’est encore disponible qu’aux états unis. Voyons comment le marché va réagir 😉
Surtout que le Readius arrive…

Cela dit, il parait que le Kindle est epuisé. plus de stock pour Noël… et à 1500$ sur ebay. Réel engouement, incompétence logistique ou manipulation marketing bien connue pour créer de la rareté ? et donc générer du buzz et donner un coté « Hype » au produit…

Quelques articles sur le sujet :

[tags]kindle, amazon, edition, livre, epaper, jeff bezos, drm, copyright, mobile[/tags]
  • http://ecosphere.wordpress.com Emmanuel

    J’ai du rater un truc où vois-tu qu’on soit obligé de payer pour lire le RSS?
    Le player de mobipocket permet de les consulter gratuitement en revanche il existe une offre premium (chez mobipocket) pour accéder à des flux RSS avec des contenus intégraux.

    Pour le reste je comprend une bonne partie des réserves (en fait j’en ai même d’autres concernant l’ergonomie du Kindle) en revanche il faut savoir que le look « viellot » qu’on repproche à ces epaper provient aussi de la technologie elle-même qui en attendant est la seule qui permet une autonomie de plusieurs heures (il s’agit de lire des bouquins !) ce que n’est pas pres de faire un iphone avant longtemps.
    Enfin le gouvernement chinois a recemment exigé le passage au epaper pour prévenir le déboisage ce qui ouvre un vrai marché.

    Pour le reste, côté utilisateur, c’est en effet un pari sur l’avenir.

  • http://www.tenapra.com julien lopizzo

    Oui effectivement, vu sous cet angle, le epaper semble moins glamour.

    Le consommateur a plus l’habitude des offres toutes illimités et toutes open que d’offres cloisonnés mais après une technologie vraiment novatrice et un catalogue de livre important pourraient changer la vision des potentiels acheteurs.

    Il sera intéressant de voir les ventes de Noel du Kindle et des elivres au USA.

  • http://www.marcthouvenin.com Marc Thouvenin

    >Emmanuel
    Oui, les RSS sont payants 😉 Ils avaient quelques partenaires avec qui ils partageaient les revenus. De mémoire Techcrunch, Mashable, NYTimes et autres.
    Je suis bien d’accord sur la valeur énorme de la consommation réduite d’energie sur ce type de produit.
    Tu as raison, c’est probablement un des facteurs d’échec de la première génération d’ebooks.
    Pour l’ergonomie, on pourrait sûrement faire mieux, même avec ces contraintes.
    >Julien
    Si tu trouves des chiffres de vente du Kindle, je suis preneur. J’ai cherché desespérément, il y a quelques jours. Le fait qu’Amazon ne donne pas de chiffres plaide plutôt en faveur d’un volume décevant que l’inverse.

  • http://www.tenapra.com julien lopizzo

    Effectivement je viens de passer un peu de temps à chercher des stats mais aucune stat sur les ventes ne filtre.

  • Pingback: Alterclickr - Predictions 2008 - Retrospective plutôt : 13 ans déjà - Alternatives numériques()

  • Pingback: Irène Delse » Transnet découvre les joies du monopole avec Amazon – et le Kindle()

Articles du blog


Walking Desk
Acheter Walking Desk
Yoomov treadmill desk