Dynamiseur de projets internet
Contact: 0 6 2 2 7 8 8 0 8 6

Nouveau iFrame : Le marché des écrans tactiles intelligents se développe

Olivier Seres vient de publier une vidéo de son prototype. Il va l’appeler iFrame. L’idée est d’avoir un petit ordinateur robuste toujours près de soi, qui sert de cadre photo, de navigateur internet ou de livre de cuisine. Olivier le positionne comme un « minitel tactile », assez surprenant, car cela renvoie à des technologies obsolètes, mais d’un autre coté, c’est capitaliser sur une marque connue en communiquant sur l’avancée : le coté tactile.

Basiquement, il s’attaque à des concurrents du Crunchpad et du nouvel OS de Tarik Krim Jolicloud. Sans compter Surface de Microsoft, l’hypothétique Mac Tablet, etc

Il se trouve que je suis de près le projet d’Olivier depuis plus d’un an. A l’époque, nous réfléchissions ensemble à des sujets comparables, car j’envisageais de sortir un cadre photo intelligent qui permettrait d’afficher automatiquement les photos qu’on reçoit par email, avec une cible assez agées (40+) et peu agiles avec l’informatique.

Je constate que de telles solutions existent aujourd’hui, y compris avec le réseau GSM, qui permettent de recevoir les images par MMS. Manifestement, ces produits ne décollent pas, le marché n’est pas prêt, c’est encore trop tôt.

La vidéo d’Olivier n’est pas terrible (dommage !) mais on voit bien le produit.
J’en profite pour passer un message, si quelqu’un sur Paris, a envie de refaire la vidéo en plus « pro » (meilleure lumière, meilleur son), qu’il contacte directement Olivier, ce sera l’occasion de tester le joujou 😉

On se fait facilement une idée du potentiel de l’objet, en regardant la vidéo. Le gagnant sera celui qui réussira à rendre cela viral, communiquant, en créant un usage ou en détournant des attentes des utilisateurs.

Par ex, Nabaztag a été un créateur d’usage. Grâce à son créateur, Rafi Haladjian, un véritable visionnaire qui a toujours prêché le fait qu’un objet communiquant ne doit pas avoir d’écran. Et cela a marché (et continue à marcher).

En fait, la leçon du Nabaztag c’est que le plus important, ce n’est pas le nombre de fonctionnalités, mais plutôt d’exécuter parfaitement quelques fonctions importantes. Nabaztag, c’est un moyen de communiquer avec ses amis et d’écouter des histoires (livres audio, emails et flux RSS), l’objet ne fait que cela, mais il le fait bien.

Et aussi, l’aspect viral du Nabaztag a beaucoup contribué à sa diffusion. De la même façon que le Fax s’est développé énormément car il n’avait d’utilité que si les autres en avaient un, donc les utilisateurs ont fait la promotion de l’usage à leurs contacts.

Idem pour l’iPhone, il permet de lire ses mails, surfer sur internet, écouter de la musique et prendre des photos, et il le fait bien.
Le génie dans le potentiel de l’iPhone, c’est l’App Store. En fait, en réalité, il faut se focaliser sur l’usage, ce qui est le plus important pour la plupart des utilisateurs. Et l’immense majorité s’en contentera. Mais il faut aussi ouvrir le système, pour que ceux qui sont un peu plus exigeants, ont des besoins spécifiques, puissent quand même le faire, quitte à ce que ce soit un peu plus compliqué (car ceux-là sont des utilisateurs avertis). Sinon, il se détourneront vers un autre produit concurrent qui le leur permet.

Et là, la magie opère: les geeks recommandent le produit parce qu’il y a des fonctionnalités très pointues et très peu utilisées mais la masse des utilisateurs l’utilisent simplement car c’est simple et efficace.

Le plus drôle, c’est que Steve Jobs prônait un modèle complètement propriétaire, mais qu’il a cédé sous la pression de la communauté qui réclamait l’App Store. C’est dire que le bonhomme veillit 😉

Moi, ce qui me choque, quand je vois toutes ces innovations autour des ordinateurs à écran tactile, surtout quand ils ont une vocation mobile et un écran réduit, c’est cette volonté de le faire ressembler à une interface d’ordinateur personnel, aussi bien au niveau de l’interface qu’au niveau des fonctionnalités proposées. A mon avis, la clé est vraiment de proposer une structuration et une présentation dédiée à l’écran mais surtout au contexte dans lequel les gens l’utilisent. Par ex, si je fixe mon écran tactile sur le frigo, la page d’accueil doit contenir la liste des courses à faire ce jour, les rendez vous, la liste des amis qui ont leur anniversaire et la météo. Pas une succession d’icônes rectangulaires !

De plus, cela devient un objet collectif (pour la famille) donc mettre une icône Facebook devient un non-sens car c’est personnel et intime

D’un point de vue technique, il s’agit d’un PC doté d’un Amtek T10L et d’un écran 10,2 pouces tactile, et d’une connexion Wifi. A voir combien cela coutera à produire, car le prix sera déterminant. A mon avis, au delà de 200€, il n’y aura pas de marché. En dessous de 100€ à terme, il sera possible de convaincre un large public. Et pourquoi pas un minitel tactile gratuit (ou presque) financé par les revenus des services utilisés dessus ?

Voici la vidéo.

  • http://oseres.com OlivierSeres

    Merci Marc pour cette brillante analyse. Depuis ton message je pense avoir trouvé le cameraman qui va faire une vidéo de meilleure qualité. L’objectif est un device de la catégorie « electroménager », robuste avec ce que tu décris, complémentaire au PC car toujours allumé et disponible. Le slatePC est un marché de niche donc pas encore <200euros mais ca va venir bientôt grâce à Asus et les autres.

  • http://twitter.com/JacopoGio Jacopo Gio

    Bonne analyse avec quelques bonnes pistes de réflexion 😉

  • http://www.alterclickr.com Marc Thouvenin

    Olivier va faire tourner une nouvelle vidéo, de meilleure qualité.

  • http://www.alterclickr.com Marc Thouvenin

    .

Articles du blog


Walking Desk
Acheter Walking Desk
Yoomov treadmill desk